Arthrose de cheville et acide hyaluronique

Particularité de l’arthrose de cheville

La structure particulière du cartilage de l’articulation de la cheville (qui est dense et épais) ainsi que le fait que l’arthrose de cheville soit essentiellement déclenchée après un traumatisme (fracture, entorses ou foulures à répétition) fait de l’arthrose de la cheville un candidat particulier pour la viscosupplémentation par injection intra articulaire d’acide hyaluronique.

Place de l’acide hyaluronique dans l’arthrose de cheville

À ce jour, de nombreuses études cliniques publiées ont étudiés l’utilisation d’acide hyaluronique dans l’arthrose de cheville. Sur 8 études que nous avons retenues, 7 s’avèrent positives avec des produits et des schémas posologiques pourtant différents. Ces bons résultats sont surement dus au fait que l’arthrose de cheville étant essentiellement déclenchée par un traumatisme du cartilage est une maladie arthrosique assez différente des autres arthroses.

Le choix du moment

Comme pour la chirurgie, la viscosupplémentation pour injection intra articulaire d’acide hyaluronique ne doit se proposer ni trop tôt ni trop tard. La gêne et la douleur doivent être présentes mais il ne doit pas s’agir d’une arthrose trop évoluée qui relèverait de la chirurgie.

Le choix du viscosupplément

Le volume restreint de l’articulation de la cheville qui correspond à 1 à 2 ml dans une articulation non hydrarthrosique fera préférer des volumes à injecter proches de 2 ml. Un produit partiellement réticulé favorise la persistance de l’acide hyaluronique dans l’articulation. Un nouveau produit (HappyCross®) contenant en plus un antioxydant : le mannitol apporte un soulagement plus rapide et plus durable en luttant contre les radicaux libres responsables de la destruction de l’acide hyaluronique qu’il soit endogène (du patient) ou exogène (du traitement).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*