Impact chimique sur les voies de la douleur avec Fibromyalgine®

Fibromyalgine® est un complément alimentaire symptomatique mais aussi modulateur des neuromédiateurs impliqués dans cette pathologie (sérotonine etnoradrénaline, dopamine) par ses composants en acides aminés essentiels que sont le 5 hydroxy-(5-HTP) et la L-Tyrosine (Tyr). La Sérotonine issue du tryptophane puis 5-htp, agit principalement au niveau médullaire, corne postérieur, sous la dépendance des voies inhibitrices descendantes (VID) de la douleur.

Les voies inhibitrices descendantes impliquent le cortex préfrontal, les voies du gyrus cingulaire très antérieur, l’hypothalamus, les structures périaqueducales (SGPA) puis le raphé médian du bulbe rachidien jusque dans le cordon postérieur médullaire par l’intermédiaire des neurotransmetteurs pré synaptiques (sérotonine et Nadr) et des opioïdes endogènes. L’activation de la SGPA (substance grise périaqueducale) en IRM fonctionnelle prédit correctement l’intensité douloureuse sur l’EVA dans la fibromyalgie. La Dopamine est un neurotransmetteur cérébral appartenant aux catécholamines. Elle est le précurseur de l’adrénaline et de la noradrénaline, et elle même issue de l’acide aminé tyrosine. La dopamine est également une neurohormone produite par l’hypothalamus. L’action de la dopamine est médiée par son récepteur post-synaptique.

Il existe 7 types de récepteurs à la dopamine répartis en 2 classes : les récepteurs D1 et D2

  • D1 : récepteurs du striatum, du cortex et de l’hippocampe. Activés par la dopamine (pas d’inhibiteur sélectif connu) D1A, D1B/D5, D1C, D1D
  • D2 : récepteurs du striatum, du système limbique, du noyau caudé. Activés par la dopamine (inhibé par la dompéridone et la chlorpromazine), D2, D3, D4

On connait le rôle du couple infernal amygalo-hippocampique dans l’émergence des syndromes dépressifs… La Dopamine agit essentiellement dans le cadre du système d’activation de l’action (SAA), responsable de la gratification dans l’action, de la récompense, du plaisir dans la vie. Le SAA est un système archaïque qui participe à la survie de l’espèce humaine, freiné de manière normalement intermittente (mais en permanence dans les états dépressifs) par le système inhibiteur de l’action (SIA) d’où son importance dans notre société moderne de stress chronique.

Labrha SIM – 10 octobre 10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*