Tendons et équilibre acido-basique

Dans la composition de Cicatendon®, existe-t-il un élément alcalinisant (qui réduirait donc l’acidité au niveau des tissus) ?

Nos cellules et notre corps renferment près de 70 % d’eau et d’ions. La balance hydroelectrolytique concerne les principales solutions aqueuses constitutives de notre organisme, à savoir sang, urines, salive, selon trois paramètres :

  • Le pH (balance acide-basique) : idéalement proche de 5.5 pour un effet de rééquilibrage acido-basique.
  • Le rH2 (à partir du potentiel rédox) : idéalement le plus proche de la valeur zéro pour un effet réducteur (le contraire d’oxydé), c’est-à-dire libérateur d’électrons négatifs pour corriger les terrains défaillants. On s’oxyde (« se rouille ») chaque jour avec les radicaux libres déchets naturels de nos réactions enzymatiques…
  • Le rô (résistivité) : idéalement, une mesure inférieure à 400 ohms (la norme des eaux thermales, dîtes de soins) témoigne d’une forte concentration en actifs et peu de minéraux non assimilables par l’organisme.

Il existe quatre terrains organiques :

  • 1er terrain : acide & réducteur: milieu favorable à la création de la vie, au développement des forces vitales; optimise les assimilations des vitamines, minéraux, oligo-éléments… C’est la région de la parfaite santé.
  • 2e terrain : acide & oxydé: milieu favorable aux antibiotiques (destruction de la flore intestinale qui abrite 60 % du système immunitaire et qui participe à l’optimisation des assimilations lorsque la personne est en bonne santé), également favorable aux mycoses et autres champignons.
  • 3e terrain : alcalin & oxydé: milieu favorable aux virus et aux grandes maladies de civilisation (maladies cardio-vasculaires, réactions post-vaccinales…) ; c’est la région de vie de l’homme contemporain !
  • 4e terrain : alcalin & réducteur: milieu favorable aux maladies infectieuses graves à microbes pathogènes; favorise le chaos cellulaire (un des possibles facteurs déclencheurs du système tumoral…).

De fait, il est avantageux de s’intéresser à ces paramètres lorsqu’ils figurent sur les aliments-compléments-alimentaires que nous consommons ; nous pouvons ainsi savoir d’avance si ces derniers sont bio-compatibles, et si l’on peut espérer en tirer un bénéfice sur notre capital santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*